Opération "zéro phyto dans nos jardins"

Initiée par les Amis de la Vallée de la Bièvre (AVB ), cette opération va se concrétiser, avec l'aide des communes de la Vallée et de Versailles Grand Parc, par la mise à disposition de conteneurs pour y  déposer les produits que vous détenez

 

"Au 1er janvier 2019, la vente, la détention et l'utilisation des pesticides (plus largement les produits phytosanitaires de synthèse) sera interdite aux particuliers (Loi Labbé). C'est déjà le cas pour les espaces publics depuis 2 ans. La mesure devrait être aussi appliquée aux agriculteurs en 2020. La toxicité de ces produits est avérée : classés cancérigènes et suspectés d'être des perturbateurs endocriniens. L'actualité nous apprend jour après jour les effets de ces poisons sur l'homme et l'environnement : responsable de la disparition des abeilles, de la flore, toxiques pour la faune aquatique, modifiant la chimie des sols et réduisant l'absorption des éléments nutritifs des sols. Face à la pression énorme des lobbies des géants de l'industrie chimique, notre conscience des enjeux doit nous amener à nous tourner vers d'autres conduites* et à renoncer définitivement à empoisonner la Terre et les humains. Apportez aux points de collecte de votre commune les produits de traitement de synthèse que vous avez chez vous et qui ne pourront plus être utilisés à compter du 1er janvier 2019. Ils seront pris en charge et traités dans une filière adaptée.
*Il est très difficile de donner un moyen simple d'identifier ces "poisons". Tous ceux qui portent le pictogramme du poisson et de l'arbre morts ou la mention "dangereux pour l'environnement", ça c'est sûr ! Et ceux qui n'ont pas le marquage "bio", par précaution."
(Communique AVB - 26/11/2018) - Pour en savoir plus AVB - Castor N°84
(6/12/2018)

Recul de la biodiversité - Atelier collaboratif

Evolution des oiseaux dans les forêts de l'Ile de de France

Grive draine  (Chasseurs d'Images)
Grive draine (Chasseurs d'Images)

Selon la Surveillance Temporelle des Oiseaux Communs (STOC) l'Ile de France a perdu 30% de ses oiseaux en moins de quinze ans. La forêt quant à elle conserve ses espèces spécialisées, malgré un léger déclin. Parmi les espèces en développement la grive musicienne, dans celles en repli le pouillot fitis.

Dans le communiqué l'ONF détaille les différentes évolutions par espèces et précise les actions mises en œuvre pour endiguer ce déclin.

Télécharger
CP ONF - Surveillance oiseaux forestiers
Document Adobe Acrobat 1.4 MB

La traque aux tiques

Quelles sont les maladies transmises par les tiques? Comment les éviter grâce à quelques actions simples sur notre comportement et sur l'aménagement de notre environnement immédiat? Jean-François Cosson, chercheur en écologie de la santé, répondra à ces questions lors d'une conférence-débat interactive qui abordera les possibilités offertes aux citoyen de contribuer à la recherche et à la prévention des maladies transmises par les tiques grâce aux sciences participatives

Pour en savoir plus

Frelon asiatique : comment limiter son expansion

Ce dimanche 26 février, à l'initiative des Ruchers de Jouy, plusieurs points d'information ont été organisés pour sensibiliser les Jovaciens sur les dangers des frelons asiatiques et sur les moyens de limier leur expansion. Arrivé en France en 2004, le frelon asiatique progresse d'une moyenne de 78 Km par an. Observé pour la première fois en Ile de France en 2012, on estime qu'il pourrait y avoir plusieurs centaines de nids en 2017.

Pour en savoir plus sur le frelon et surtout sur les moyens de limiter son expansion, 

rendez-vous à la conférence "Frelon Asiatique" de M. Etienne CAlais, Président du Groupement Sanitaire Apicole d'Ile de France

le mardi 14 mars à 20H30 - Salle du 1er étage du Vieux Marché.

Vous pouvez également télécharger la documentation distribuée sur les points d'information

 

Télécharger
Notice Frelon_NEW.pdf
Document Adobe Acrobat 8.5 MB

Des nids de frelons asiatiques à Jouy

Deux nids de frelons asiatiques se sont installés avenue Charles de Gaulle (N° 2 et 42). Plus de danger à court terme : les nids vont naturellement se vider d'ici fin décembre et ne seront pas réutilisés au printemps.

Jusqu'à présent, aucun cadre légal n'entourait les destructions des nids de frelons asiatiques, espèce proliférante qui se nourrit d'abeilles.

Les propriétaires voulant éradiquer les nids devaient jusqu'ici faire appel au bon vouloir des apiculteurs, aux pompiers ou à des sociétés privées, pratiquant parfois des prix dissuasifs. L'intervention sur des terrains privés n'était également pas possible sans accord préalable du propriétaire. Les préfectures vont pouvoir ordonner la destruction des nids de frelons asiatiques, a annoncé vendredi 28 octobre à Clermont-Ferrand la ministre de l'Environnement Ségolène Royal lors du 21e congrès de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf).

Un prochain décret, dont le texte vient d'être transmis au Conseil d'Etat, "donnera aux préfets le pouvoir d'engager des opérations de destruction des nids de frelons, quels que soient les lieux où ils seront identifiés, y compris sur les propriétés privées". Cette annonce fait suite au classement par la Commission européenne de ce prédateur redoutable sur une liste d'espèces invasives, en juillet dernier.(Extrait Dépêche AFP) -

Photo comparatif frelons (Jean-Marc Andréani) et Vidéo (Frédéric Piveteau) 

Biodiversité dans la vallée de la Bièvre et sur le plateau de Saclay

Publiée par les Amis de la Vallée de la Bièvre (AVB), cette très belle brochure, met en évidence les enjeux de la biodiversité dans la vallée à travers le suivi de l'évolution de trois espèces (les espèces de souche, les emblématiques et les invasives) dans cinq entités paysagères de la vallée : les bois et les forêts, les milieux aquatiques, les prairies et cultures, les parcs et jardins et enfin les zones urbanisées. Ce guide comprend en annexe une liste des espèces végétales et animales protégées, ainsi qu'une récapitulation de ce que nous pouvons faire concrètement, chacun d'entre nous, dans nos jardins et dans nos choix de vie pour contribuer au maintien de la biodiversité.

Une brochure à recommander à tous les habitants de la vallée !

L’Etablissement public d’aménagement Paris-Saclay a publié l’Abécédaire de la biodiversité de Paris-Saclay, dans le cadre de sa collection Praxis. Il reprend ses engagements et ses actions pour la sauvegarde de la biodiversité. Sous la plume du dessinateur Luc Guinget, ce recueil présente également une sélection d’espèces animales et végétales, des plus familières aux plus rares, qui composent les milieux naturels du Plateau de Saclay. 

On en voit de plus en plus, quelques précautions ...

Ils sont de plus en plus nombreux, et parfois attendrissants comme ce renardeau photographié à proximité de la résidence MontJouy.

Malheureusement leurs déjections sont susceptibles de contenir un petit ver plat (l'échinocoque) qui parasite l'intestin du renard (mais aussi du chien ou du chat). L'homme peut se contaminer indirectement par ingestion d'aliments crus , souillés par les déjections : végétaux et baies sauvages ou poussant dans les jardins accessibles aux renards.

D'où quelques précautions : ne mangez jamais de plantes ou de fruits crus cueillis près du sol, lavez systématiquement les fruits et légumes, cuisez-les, faites des confitures ..

Télécharger
Depliant_echinoccocose_alveolaire.pdf
Document Adobe Acrobat 278.0 KB

De plus en plus visibles dans la vallée

A l’origine, ces oiseaux vivent à l’état sauvage en Afrique équatoriale et dans le sud-est de l’Asie. Importés à des fins commerciales, des individus se seraient échappés de containers à leur arrivée depuis l'aéroport d’Orly, probablement alimentés par des lâchers de particuliers. Depuis, ces perruches se sont très bien adaptées à leur nouvel environnement. Quelques groupes se sont établis depuis plus d’une trentaine d’années et les observations sont désormais récurrentes dans différents départements franciliens, dont une colonie importante colonie basée à Wissous (91). Elles semblent poursuivre petit à petit l’extension de leur aire de répartition (voir publication du Muséum en pièce-jointe). Lors des derniers comptages fin 2011, on estimait leur nombre à 1600 individus en Ile-de-France.

(Info transmise par une jovacienne membre de la LPO http://ile-de-france.lpo.fr )

Télécharger
Perruches à collier en IDF - publi Alaud
Document Adobe Acrobat 382.9 KB

ONF : en forêt, gardez vos chiens sous contrôle !

La divagation des chiens est interdite en forêt

Afin de préserver la tranquillité des animaux de la forêt, les chiens doivent toujours rester sous le contrôle direct de leurs maîtres et à proximité. Au printemps, les chiens repèrent facilement les mammifères nouveaux nés, cachés en forêt ainsi que les oisillons. Ils peuvent les poursuivre ou les déranger.

Un chien est en état de divagation (article L 211-23 du Code Rural) s'il n'est plus sous la surveillance effective de son maître ou éloigné de plus de 100 mètres, ou abandonné.

Par ailleurs, pendant la saison de mise à bas des mammifères et de nidification des oiseaux,du 15 avril au 30 juin de chaque année,il est interdit de promener les chiens non tenus en laisse en dehors des allées forestières (arrêté ministériel du 31 juillet 1989).